L’ISF : certainement une des taxes les plus élevées

L’ISF : certainement une des taxes les plus élevées

Les taxes et les impôts sont déjà assez difficiles à payer régulièrement, mais d’autres personnes en particulier sont également soumis à une autre forme de taxe en plus et qui, quant à elle, est plus spécifique que les autres. En quel sens? Tout d’abord il s’agit de l’ISF ou autrement dit l’impôt de solidarité sur la fortune.

L’ISF est une toute autre forme d’impôt et elle possède un tout autre concept. Déjà ce n’est pas tout le monde qui est soumis à l’ISF. Il faut répondre à un grand critère. Voyons donc déjà quels sont les profils qui y sont soumis et ensuite comment est-ce qu’il est calculé.

Quels sont les profils soumis à l’ISF ?

L’ISF ne concerne que les personnes, des particuliers naturellement, dont le patrimoine personnel ou familial franchit une certaine somme. C’est aux particuliers que revient le devoir de déclarer à combien monte leur patrimoine. Autrement dit, ce sont les personnes assez fortunées uniquement qui doivent se soumettre à l’ISF. Depuis le début de l’année 2016, toutes les personnes qui possèdent un patrimoine qui franchit 1,3 millions d’euros sont obligées de se soumettre à l’ISF. Mais comment est-ce que ces impôts sont-ils calculés exactement?

Comment est-il calculé ?

L’ISF est calculé selon le montant du patrimoine. En réalité, si ce montant ne dépasse pas les 1,3 millions d’euros comme nous l’avons mentionné plus haut, il y aura tout simplement exonération de l’impôt en question.

À partir de 1,3 millions d’euros, le taux de l’impôt sera de 0,50%. Il augmentera de 20% si le patrimoine du particulier atteint 2 570 000 euros. Le taux sera de 1% si le seuil atteint 5 millions d’euros. À partir de 10 millions d’euros, l’impôt s’élèvera facilement de 1,25% à 1,50%. C’est de cette manière que l’on calcule l’ISF.